Théâtre

VIOLENCES
60 minutes

"On n’a jamais vu tant de violence". Filmée, photographiée, cadrée, démultipliée, empilée, abondamment commentée, elle est exposée sous toutes les coutures et pourtant on ne la voit plus. «La violence des uns contre les autres est partout. Mais les violences que nous suscitons et refusons, celles que nous désirons et rejetons dans un même mouvement, n’apparaissent nulle part», analyse Léa Drouet. Inspirée par un ensemble de mouvements sociaux (émeutes de 2005, lutte du Comité Adama, Gilets jaunes, combat de libération du peuple kurde tel qu’il se mène dans le Rojava…), l’artiste, en collaboration avec la philosophe et dramaturge Camille Louis, tente d’armer un regard pour se mettre à la trace de ce qui s’écrit sous les imageries de violence.

ALBERTA TONNERRE
60 minutes

Sur scène, une forêt, des marionnettes, et un frère et une soeur qui racontent leur lien à leur grand-tante Alberta. Comment ils se sont attachés à elle, comment elle les a préparés à son départ. "Alberta Tonnerre" est une ode à l'Amour. L'Alberta, le sol tremblait sur son passage. Les arbres de la forêt se fendaient autour d'elle. Elle connaissait la foudre. Plus tard, l'Alberta, elle s'est préparée pour le Grand Voyage. Elle a rétréci paisiblement. Et puis, elle a disparu. Partie pour de bon. C'est une histoire de transmission. L'histoire d'une disparition, quand le vide laisse place aux souvenirs et à la vie.

LUCRECE BORGIA
120 minutes

Indifférente à la haine de l'Italie entière, Lucrèce Borgia parade au carnaval de Venise. Qui pourrait inquiéter cette femme de pouvoir qui baigne dans l'adultère, l'inceste et le crime? Elle a peur cependant, et tremble. Pour un jeune capitaine qu'elle cherche parmi la foule. Il se nomme Gennaro. Lui tient les Borgia en aversion et insulte leur blason. Or Gennaro n'est autre que son fils, né de ses amours incestueuses avec son propre frère, et le jeune homme ignore tout de son passé et de ses origines. Lucrèce est un monstre, mais aussi une femme et une mère. Comment protéger son enfant, com-ment le soustraire à la fureur d'un mari qui le croit son amant ?

MUSUNGU
90 minutes

C’est un trésor que je retrouve dans la cave de la maison familiale, quand ma mère déménage : douze bobines de films 8 mm et super 8 qui ont été tournés entre 1963 et 1975. Cachées dans l’obscurité silencieuse, au plus profond du ventre de la maison, et séparées depuis longtemps du projecteur qui leur donnait vie. Après avoir fait numériser les films je regarde les images décolorées qui surgissent. L’Afrique. Bujumbura. Un Boeing qui atterrit sur une piste dérisoire et la vie qui commence. Le projet est de travailler à partir de ces bobines, qu’elles soient le fil rouge d’un spectacle. Confronter ce formidable document visuel (4h30 à épurer, trier, monter) avec de l’écriture, du texte, un plateau.

JOJO A DISPARU
60 minutes

Joseph alias Jojo est un garçon lambda, et il a disparu.
L’enquête pour le retrouver nous emmène au cœur de certaines ambivalences humaines. Elle nous entraine sur les voies où l’obsession de réussite peut nous égarer. Plaçant volontairement l’enfant au centre, comme un ballon lors d’un match de foot, notre histoire souhaite d’une part mettre en lumière la responsabilité de certains auteurs présumés de cette disparition, les adultes, et d’autre part nous infiltrer dans la pénombre, avec d’autres individus potentiellement coupables, les enfants.
Un matin ou bien un soir, Jojo disparait. C’est le point de départ d’une investigation qui suivra pas à pas ce que la réussite à tout prix peut laisser comme traces dans la formation d’un enfant.

FAIRE QUELQUE CHOSE AKA UNE FICTION LUCIDE, OPTIMISTE, NON-EXCLUANTE ET TRAGI-COMIQUE
90 minutes

La question n’est plus de savoir si « cela » va arriver, mais comment les conséquences des effondrements économique, énergétique, climatique et culturel vont redessiner les cartes du pouvoir.
Il nous faut quitter le vocabulaire de la croissance. Le pouvons-nous ?
Il nous faut sortir du déni individuel et collectif. Le pouvons-nous ?
Il nous faut consentir à l’interdépendance. Le pouvons-nous ?
Il nous faut reconnaître d’autres formes de vies et d’intelligences. Le pouvons-nous ?
Que pouvons-nous ?
Ou plutôt ... comment avoir accès à notre capacité d’agir (agentivité) ?

LARGUEZ LES AMARRES
1 minutes

Il s’agira de la première mise en scène de Pietro Pizzuti au TRG, ce texte est aussi une création de Marie-Paule Kumps. La pièce n’a donc jamais été jouée.
Cette pièce est inspirée de faits réels….une famille apparemment ordinaire mais pleine de surprises…. L’auteur a décidé de mettre bas les masques pour mieux faire éclater les conventions.
Voici de l’humain dans ce qu’il a de touchant, c’est-à-dire dans sa normalité, ses peurs, ses ratés, ses hésitations, ses erreurs, ses petits mensonges de rien du tout… de l’humain dans lequel on peut se projeter.
Une exploration des rouages familiaux avec leurs secrets et leurs révélations.

LABORATOIRE POISON 1,2,3
1 minutes

"LABORATOIRE POISON 1 2 3 est une recherche documentaire et formelle, à la fois anthropologique, esthétique et historique, menée avec énormément de professionnalisme par une équipe avide de connaissances, accompagnée d’historien.ne.s enthousiastes et soutenue par des partenaires audacieux.

Comment d’anciens antifascistes européens, combattants de la liberté, ont-ils pu torturer en Algérie, ou approuver le meurtre de Patrice E. Lumumba ? Et nous, « Européens de gauche » nous emparant de ces questions aujourd’hui, comment sommes-nous perçus là-bas ? Et si le racisme de gauche concernait le théâtre? Et si notre habitude à consommer de la déconstruction de récits héroïques, nous avait rendu nous-mêmes glissants, faciles à retourner, suspects ?

PAN
90 minutes

Pan est une comédie cynique exacerbant la bien-pensance générale de notre siècle en la confrontant au terrible Ralf.
Ralf est insupportable, égoïste, imbu de lui-même. Ses parents aimeraient en faire un génie mais Ralf voit encore plus loin. Arrivera-t-il à ses fins ? Pan dépeint différentes étapes de vie de Ralf, frôlant l’absurde et se transformant petit à petit en une cruelle émission de télé-réalité.

ACCORDS PARFAITS
90 minutes

Il s’agira de la première mise en scène de Isabelle Paternotte au TRG, ce texte original n’a jamais été joué en Belgique. L’originalité dans cette nouvelle comédie, est de parler d’une maladie grave, le cancer, tout en maintenant une relative légèreté.
Le réalisme de la pièce, les conflits ménagers, les histoires de clés donnent le ton d’Accords parfaits, comédie résolument moderne où les apparences du confort matériel brouillent les cartes des rapports humains mais quand les masques tombent, que les blessures et les solitudes se révèlent, apparaît alors une autre comédie, plus douce et plus intime, sur la peur d’aimer, sur la complexité des rapports hommes-femmes, et surtout sur l’espoir.

titina_1.png

TITINA

de Kajsa Naess
sacrifice1.jpg

LA FILLE DU SACRIFICE

de Réhab Mehal
les_intranquilles.png

LES INTRANQUILLES

de Joachim Lafosse
harvest.png

HARVEST

de Ely Dagher
logo_inverse

Chargement...