Théâtre

JUSTE ENCORE ASSEZ DE LUMIERE
75 minutes

Depuis 1975, le Q.I. moyen de la population baisse de 2 points par décennie. Le collectif Rien de Spécial est particulièrement concerné par le problème. Usant de sa science du décalage et du second degré, il l'affronte dans une dystopie désopilante, un spectacle à tiroirs qui joue avec les perceptions du spectateur.

GEORGE DANDIN
105 minutes

George Dandin est une comédie satirique sociale grinçante, sans doute la plus sombre de Molière. On y voit un roturier fortuné épouser une noble héritière dans l’espoir de s’élever dans la société. La pièce met en jeu les mécanismes inoxydables des rapports de domination sociale. Elle met spécifiquement le doigt sur une absurdité tragique, celle de ce réflexe humain d’établir des codes sociaux artificiels qui décident de qui est “bien né” et qui ne l’est pas. Chacun.e se retrouve “de bonne foi” enfermé.e dans un piège. L'intrique est ici enchâssée dans une Pastorale — intermèdes musicaux avec chants et danses — qui renforce par sa légèreté la cruauté des déboires du “héros”.,

MARCEL
75 minutes

2021. Jessica Gazon et Thibaut Nève ont une carte blanche au Théâtre de la Vie.
Page Blanche.
Spectacle Carrefour.
Panne.
Et voilà que Thibaut a un flash. Lors d'une nuit d'angoisse, il nous dit avoir rêvé de Marcel Proust. Sa force. Ses audaces. Marcel lui parle. Marcel est un génie. Derrière ses mots tortueux, l'auteur est en avance sur son temps. Dès 1913, au coeur de son livre cathédrale À la recherche du temps perdu, il réinvente les codes du rapport Homme-Femme. En plein questionnement sur sa propre virilité, Thibaut a dû s'y reprendre plus d'une fois, persévérer, redécouvrir ce livre labyrinthe qu'on ne finit jamais de visiter.
Il nous vante cette route tortueuse.
Pour Jessica, ce n'est pas une priorité.

PORTRAITS SANS PAYSAGE
120 minutes

Accueil. Deux syllabes qui sonnent comme une promesse de rencontre, d’hospitalité. Pas pour les réfugiés. Dans nos sociétés occidentales, en effet, l’accueil des exilés draine à sa suite enfermement, surveillance et absence de perspective pour les personnes déracinées.

PEGGY PICKIT
80 minutes

Deux couples d’amis, anciens étudiants de l’école de médecine, se retrouvent après des années. Copains d'avant, que reste-il à partager ? Liz et Frank mènent une vie bourgeoise et cosy dans une grande ville d'Europe. Karen et Martin viennent de rentrer d’Afrique de façon précipitée, après six années passées à y travailler dans un dispensaire. L’herbe étant plus verte dans le pré du voisin, chacun fantasme sur la réussite de l’autre : le modèle de réussite sociale et bourgeoise des uns face à l’engagement humanitaire des autres, ici un tantinet néo colonialistes. Et ce, jusque dans les cadeaux qu’ils se font: Peggy Pickit, poupée de plastique, produit d’une société marchande libérale, et Abeni-Annie, poupée de bois sculptée made in tiers-monde.

OLEANA
110 minutes

Cette création réside, entre autres, dans le sujet choisi par l’auteur, David Mamet. A savoir, la domination d’un professeur sur son élève et les dérives qu’elles peuvent engendrer. A l’ère du #MeToo, ce texte prend toute sa valeur.
Plus que jamais par ce texte, le TRG se veut dans l’actualité et proposer une réflexion sur notre société et en particulier les rapport de pouvoir entre les hommes et les femmes. La mise en scène est confiée à Fabrice Gardin qui ressèment à mis en scène « Le journal d’Anne Franck » et en octobre 2020 « La Peste » de Camus (de manière prémonitoire, peut-être....). Pour cette création, le décor sera suggestif et non réaliste afin de laisser à chaque spectateur son imaginaire créatif.

QUINTESSENCE
150 minutes

“ Quintessence », c’est le titre d’un roman, et c’est, dans ce roman, le nom d’une compagnie théâtrale dont Philippe Blasband écrit à peu près 15 ans de la vie, et qui ressemble plutôt de loin que de près à Transquinquennal. On assiste à ses débuts, on suit le parcours de ses membres. On découvre ce qui leur arrive, on suit des répétitions des spectacles qu’ils créent ensemble, et même, on en lit des critiques. On les accompagne le « jour de la mort de Frank Zappa », au début des « troubles » à Sarajevo, à l’époque « des accords de Belfast » ou « le jour, exactement, où un certain Vladimir Poutine, ex-cadre du KGB, fut nommé président intérimaire du gouvernement russe » et jusqu'à ce que le roman se clôture le 11 septembre 2001, dans un aéroport turc.

PHILIPOT
75 minutes

Les élections approchent dans une petite ville côtière en reconstruction. La bourgmestre, Daphné Philipot, souhaite candidater à sa propre succession. Mais sa campagne, son ambition et sa fermeté vont se heurter à la nonchalance de ses collègues et à leurs rêves individuels. À cet événement, viennent s’ajouter les secrets inavoués et les fantômes du passé. Un drame comique et décalé où la tension oscille autour de ces secrets inavoués.

PETER PAN
90 minutes

Il s’agit d’une création mondiale. C’est une pièce originale écrite par Thierry Janssen et Thierry Debroux à partir de l’œuvre de JM. Barrie. Même si l’on retrouve les personnages emblématiques créés par l’auteur anglais, la trame est tout à fait différente du roman. L’histoire commence en 1915 dans une tranchée près de Ypres en Belgique. Le garçon qui a servi de modèle pour Peter Pan a grandi et est engagée la guerre 14-18. La veille d’un grand assaut, la fée Clochette qui a grandi elle aussi, vient le chercher et le ramène au Pays imaginaire. Peter retrouve alors tous les personnages qu’il a abandonnés, y compris le fameux Capitaine Crochet.

LES YEUX ROUGES
80 minutes

Tout commence par un message privé sur Facebook. Elle est journaliste, médiatisée et fidèle à ses opinions. Il est plus âgé, se dit fan de son humour acéré et veut simplement discuter. Elle accepte, il entre dans sa vie et le piège se referme. Pendant des mois, les messages s’accumulent, d’abord aimables puis rapidement méprisants. Elle prend ses distances, il prend la mouche. Sous couvert d’humour grivois, il s’attaque à sa personne, son physique, son employeur, son conjoint, ses centres d’intérêt… Elle est tout ce qu’il déteste et lui ce qu’elle redoute. Les Yeux rouges, roman féministe adapté pour le Théâtre de Poche par son autrice.

Les oeuvres que nous soutenons

txt.jpg

TXT - LES CONFESSIONS D'UN ASTROPHYSICIEN

de Paul-Jean Vranken
the_chapel.jpg

THE CHAPEL

de Dominique Deruddere
logo_inverse

Chargement...