Théâtre

UNE FICTION LUCIDE, OPTIMISTE, NON-EXCLUANTE ET TRAGI-COMIQUE
90 minutes

La question n’est plus de savoir si « cela » va arriver, mais comment les conséquences des effondrements économique, énergétique, climatique et culturel vont redessiner les cartes du pouvoir.
Il nous faut quitter le vocabulaire de la croissance. Le pouvons-nous ?
Il nous faut sortir du déni individuel et collectif. Le pouvons-nous ?
Il nous faut consentir à l’interdépendance. Le pouvons-nous ?
Il nous faut reconnaître d’autres formes de vies et d’intelligences. Le pouvons-nous ?
Que pouvons-nous ?
Ou plutôt ... comment avoir accès à notre capacité d’agir (agentivité) ?

LARGUEZ LES AMARRES
1 minutes

Il s’agira de la première mise en scène de Pietro Pizzuti au TRG, ce texte est aussi une création de Marie-Paule Kumps. La pièce n’a donc jamais été jouée.
Cette pièce est inspirée de faits réels….une famille apparemment ordinaire mais pleine de surprises…. L’auteur a décidé de mettre bas les masques pour mieux faire éclater les conventions.
Voici de l’humain dans ce qu’il a de touchant, c’est-à-dire dans sa normalité, ses peurs, ses ratés, ses hésitations, ses erreurs, ses petits mensonges de rien du tout… de l’humain dans lequel on peut se projeter.
Une exploration des rouages familiaux avec leurs secrets et leurs révélations.

LABORATOIRE POISON 1,2,3
1 minutes

"LABORATOIRE POISON 1 2 3 est une recherche documentaire et formelle, à la fois anthropologique, esthétique et historique, menée avec énormément de professionnalisme par une équipe avide de connaissances, accompagnée d’historien.ne.s enthousiastes et soutenue par des partenaires audacieux.

Comment d’anciens antifascistes européens, combattants de la liberté, ont-ils pu torturer en Algérie, ou approuver le meurtre de Patrice E. Lumumba ? Et nous, « Européens de gauche » nous emparant de ces questions aujourd’hui, comment sommes-nous perçus là-bas ? Et si le racisme de gauche concernait le théâtre? Et si notre habitude à consommer de la déconstruction de récits héroïques, nous avait rendu nous-mêmes glissants, faciles à retourner, suspects ?

ACCORDS PARFAITS
90 minutes

Il s’agira de la première mise en scène de Isabelle Paternotte au TRG, ce texte original n’a jamais été joué en Belgique. L’originalité dans cette nouvelle comédie, est de parler d’une maladie grave, le cancer, tout en maintenant une relative légèreté.
Le réalisme de la pièce, les conflits ménagers, les histoires de clés donnent le ton d’Accords parfaits, comédie résolument moderne où les apparences du confort matériel brouillent les cartes des rapports humains mais quand les masques tombent, que les blessures et les solitudes se révèlent, apparaît alors une autre comédie, plus douce et plus intime, sur la peur d’aimer, sur la complexité des rapports hommes-femmes, et surtout sur l’espoir.

IPHIGENIE A SPLOTT
90 minutes

Mise en scène de la version française traduite de l'anglais, de la pièce de Gary Owen

Effie habite à Splott, un quartier de Cardiff -capitale du Pays de Galles-, miné par la fermeture des usines, le chômage et la précarité.

Effie, c’est le genre de fille qu’on évite de regarder dans les yeux quand on la croise dans la rue car on a l’impression qu’elle va nous exploser au visage. Effie, on croit la connaître, alors on la juge l’air de rien, mais on n’en connaît pas la moitié…

Tous les lundis, elle picole comme une sauvage, se came à fond et émerge au bout de trois jours d’ « une gueule de bois pire que la mort » pour mieux recommencer. Un personnage de démesure, jusqu’au-boutiste et qu’on croirait sorti d’une tragédie grecque.

LES CAPRICES DE MARIANNE
90 minutes

Cette pièce est, aujourd’hui comme toujours, le cri, le baroud éclatant d’une jeunesse contre son mal de vivre. La pièce fut écrite à Paris en 1833, avec pour décor une Naples imaginaire. Le spectacle se déroulera en 1930 avec pour décor une Ajaccio bien réelle. Le début du 20ème siècle fut pour la Corse une période de grands bouleversements sociaux et l’entre-deux guerres a vu un exode massif de mafieux locaux voulant asseoir leur pouvoir dans la métropole à Marseille et Paris principalement. Ceux qui sont restés sur l’île furent peut-être les laissés pour compte de cette société archaïque, et c’est à eux que nous allons nous intéresser.

UNE MAISON DE POUPEE
120 minutes

Le metteur en scène, Ladislas Chollat, situe l’action dans les années cinquante en Amérique, plutôt qu’en Norvège à la fin du 19ème siècle. L’image de la femme véhiculée par la publicité des années cinquante, l’esthétique liée à la famille idéale plongée dans une société de consommation semblent à la fois servir le propos d’Ibsen et nous empêche aussi de mettre trop de distance entre ce récit et nous. Il serait trop facile de se dire que Nora est une héroïne typique de son époque mais que depuis, les féministes ont rendu l’univers d’Ibsen obsolète.

CYMBELINE
120 minutes

Cymbeline, à la fois conte et comédie haletante, joue dans toute son intrigue entre apparence et faux-semblant.

L’amour impossible, le désir, la fraternité, la manipulation, l’ambition, le pouvoir, la trahison, l’orgueil, la magie, la nature, la cruauté, la bêtise nourrissent les arcanes de cette formidable machine théâtrale.
Au centre de plusieurs conflits, Imogène, fille du roi Cymbeline : d’abord promise à un autre par son père, ensuite accusée à tort d’infidélité, menacée de mort, elle échappe, travestie en homme, à tous les dangers pour rejoindre son mari Posthumus éloigné à Rome alors que la guerre couve.

UNE CEREMONIE
120 minutes

Le Raoul Collectif s’inscrit dans un interminable, inépuisable cheminement et chaque spectacle est comme l’arrêt sur image d’un imaginaire fécond, d’une lutte insatiable au service d’une sensibilité artistique et politique commune. Le temps est pour lui un allié, incompressible et intimement lié au voyage. La lenteur est une revendication, l’utopie, le sceau de ses armoiries.

DIEU LE PERE
90 minutes

Dans Dieu le Père, Roda pèle une nouvelle couche de (sa vie d’) oignon. Dans ce nouveau spectacle, Roda part enfin à la recherche de ce père absent et fantasmé qu’il finit par rejoindre. J’ai essayé de garder contact avec lui au téléphone. Dans les meilleurs jours, on atteignait les 30 secondes. Notre record c’est 1 minute 10. C’est parce qu’il y avait un problème de réseau. On a passé 25 secondes à dire « Allo ? Tu m’entends ? ».

Il évoque sa mère avec une grande honnêteté et sans fausse pudeur ; le repli religieux qu’elle fit et le salon de beauté qu’elle créa dans le même temps : l’institut Makki, banc solaire et pédicure- qui fit sa fortune….

mini_ver.png

MINI-VER

de Ariane Buhbinder
schermafbeelding_2019-03-25_om_11.05.06.png

JAILBIRDS

de THOMAS VILLEPOUX
ether_after.png

ETHER/AFTER

de Armel Roussel
lerrence_de_lhippocampe.png

L'errance de l'hippocampe

de Jean-Michel d'Hoop
logo_inverse

Chargement...