Michael Delaunoy

DES HOMMES ENDORMIS
90 minutes

En pleine nuit, Tilman et Josefine font irruption chez deux universitaires proches de la cinquantaine, Paul et Julia. Julia semble avoir invité le jeune couple - à l’insu de Paul. Est-ce une fête ? Ou un mirage mental ? Entre cauchemar indéchiffrable et banale crise d’un couple qui tente de se réinventer cette surprenante visite devient rapidement le catalyseur de révélations inattendues, dévoilant les fissures d'un vernis social en apparence sans aspérités.

Oh les beaux jours
90 minutes

"COMMENCE, WINNIE. COMMENCE TA JOURNÉE, WINNIE."

Étendue d’herbe brûlée.

Winnie, la cinquantaine coquette, est enterrée jusqu’à la taille.
À ses côtés, un cabas dont elle extrait des objets qui lui rappellent les plaisirs et les trivialités de l’existence. Un peu en retrait, presqu’invisible, son compagnon Willie vaque à ses occupations. Le soleil brille, Winnie chantonne.

Happy days.

Mais où va-elle donc puiser cette capacité d’émerveillement ? Dans le trou où elle s’enfonce ?
En novembre 1967, le Rideau de Bruxelles présentait la création belge de OH LES BEAUX JOURS de Beckett. Jacqueline Bir y était Winnie, Claude Etienne, directeur-fondateur du Rideau, assurait la mise en scène et jouait Willie.

silent_treatment.png

THE SILENT TREATMENT

de Caroline Strubbe
mastemah.jpg

MASTEMAH

de Didier Daarwin
logo_inverse

Chargement...