Martine Wijckaert

FORETS PAISIBLES
80 minutes

Forêts paisibles porte à la scène un trio familial, affligeant de médiocrité, télescopé par le jeu du fantasme, dans un monde archaïque où les interdits du meurtre et de l'inceste ne sont pas encore tout à fait clairement démêlés, cependant que jouant sur la corde raide d'une myhtologie n'offrant plus que la pacotille d'elle-même, comme si le cadre de celle-ci aujourd'hui ne saurait être autre que galvaudé. Dans une construction précaire en bois brut, ne cherchant nulment à masquer ses découvertes, et posée à même la cage vide de la scène dont on devine à tout moment la nudité intrinsèque, se joue un vaudeville mythologique pour espèce de pacotille en mythologie inconsciente.

Les Fortunes de la Viande
80 minutes

Un aller simple pour le trou du cul du monde. Bienvenue dans l’anus planétaire.

Les fortunes de la viande narrent les tribulations existentielles d’un boucher-charcutier, de sa femme et du confesseur de celle-ci, que rejoint à l’impromptu Diane Chasseresse, déboulée pour ainsi dire dans ce marasme métaphysico-trivial. Au fil de ce texte épique, où s’interpénètrent épisodes quotidiens des plus triviaux et mouvements de l’âme parfaitement irrationnels, c’est la métaphysique obscure du quotidien qui est en action. Car les personnages aspirent invariablement au chaos, mus par une volonté d’incorrection absolue visant à briser tous les canons sociétaux.

titina_1.png

TITINA

de Kajsa Naess
the_island.png

THE ISLAND

de Anca Damian
harvest.png

HARVEST

de Ely Dagher
mini_ver.png

MINI-VER

de Ariane Buhbinder
logo_inverse

Chargement...