3. EN RECHERCHE DE FINANCEMENT

ETHER/AFTER
105 minutes

"Ether/After revisite les questionnements de l'Eveil du printemps en les ancrant à Bruxelles, avec la jeunesse bruxelloise et européenne d’aujourd’hui.

Lors des représentations de l’Eveil du Printemps au Théâtre National en mai 2018, beaucoup de jeunes ont assisté au spectacle. Les réactions étaient vives et marquées.

De là, l’idée de collaborer et prolonger le rapport à l’œuvre avec des jeunes issus de différents milieux sociaux est née, de faire théâtre avec eux comme dramaturges et d’en tirer une création.

Dans Ether/After, nous lancerons un travail d’enquête auprès de jeunes bruxellois tant sur leur rapport au rapport homme-femme, qu’au désir, à la mort, à la sexualité, à l’autorité qu’à l’Art et la notion de transgression.

BOCCAPERTA
120 minutes

"Le projet « Boccaperta ! » est un projet théâtral, une rêverie technologique qui invite le spectateur à voir sur scène le rêve de « Chiara », une intelligence artificielle forte. Le spectacle sera l’exploration d’un rêve de Chiara qui ne se révèlera comme tel qu’à la fin du spectacle. Il va s’agir d’un voyage, d’une descente dans l’inconscient numérique d’une intelligence artificielle forte qui trouvera la grâce dans la bouche ouverte d’un l’idiot : Saint Joseph de Copertino, « le saint volant ».

La conjuration d'Apollon
70 minutes

À la suite du trait d'union et de Jean Jean, deux spectacles à destination des jeunes, nous créons La conjuration d'Apollon, l'histoire de trois jeunes filles qui tentent d’éradiquer le diktat de l'image. Il s’agit toujours de réfléchir le spectacle, et sa scénographie, pour qu’il s’insère à la fois dans les lieux scolaires et des théâtres. Par ailleurs l’intérêt des jeunes que nous avons éprouvé avec Jean Jean pour la musique nous porte pour cette création vers une forme où la musique pourra être jouée en direct, selon les moyens et possibilités des lieux, ou diffusée. Quant à sa thématique, il s’agira d’aborder l’érotisme mais sans entrer dans une dialectique directe. Comment mettre des mots sur les sensations ?

FORETS PAISIBLES
80 minutes

Forêts paisibles porte à la scène un trio familial, affligeant de médiocrité, télescopé par le jeu du fantasme, dans un monde archaïque où les interdits du meurtre et de l'inceste ne sont pas encore tout à fait clairement démêlés, cependant que jouant sur la corde raide d'une myhtologie n'offrant plus que la pacotille d'elle-même, comme si le cadre de celle-ci aujourd'hui ne saurait être autre que galvaudé. Dans une construction précaire en bois brut, ne cherchant nulment à masquer ses découvertes, et posée à même la cage vide de la scène dont on devine à tout moment la nudité intrinsèque, se joue un vaudeville mythologique pour espèce de pacotille en mythologie inconsciente.

BALLON BANDIT
40 minutes

Ballon Bandit est un spectacle physique dont l’univers sonore sera composé par la musique de David Bowie. Un spectacle de théâtre mouvement, de théâtre-danse sur l’absence et comment celle-ci nous amène à grandir; sur la solitude et comment la recherche d’un double change un temps d’esseulement en une aventure tourbillonnante et pleine de magie. Ballon Bandit explore le sensoriel avant le sens, l’image avant le mot, la «narration» corporelle plutôt que textuelle.

Il est né de la volonté de revenir à un théâtre d’images, de mouvements, de sensations, le désir d’explorer l’univers de la petite enfance, et de plonger dans le vaste espace de liberté poétique que la création d’un spectacle pour ce très jeune public permet.

TON JOLI ROUGE-GORGE
90 minutes

Douze ans après la création de J'ai gravé le nom de ma grenouille dans ton foie, nous éprouvons le besoin d'interroger à nouveau la notion de "genre". Qu'est-ce qui fait de moi un homme ou une femme ?
"Nous avons besoin de nouveaux types de récit" écrivait Donna Haraway. Parce que c'est le récit qui ordonne le réel. Parce c'est le récit qui cristallise nos représentations mentales. En ce sens, changer le récit, c'est potentiellement changer la réalité.

UN FILS DE NOTRE TEMPS
90 minutes

Il s'agit d'une nouvelle adaptation théâtrale du roman éponyme de ödön von Horvath. Celle-ci questionnera principalement le rôle des pères dans une société où les fils risquent de s'égarer dans les illusions du populisme et les méandres de ses dérives. La forme de la mise en scène sera le résultat d'un mariage multidisciplinaire rassemblant le théâtre, la musique, la danse, le cirque et la vidéo. Une attention particulière sera portée à la recherche scénographique et esthétique du spectacle.

Paying for it
120 minutes

Le Collectif La Brute se penche sur un tabou : la prostitution. Par le biais du théâtre documentaire, il questionne le marché du service sexuel et au-delà, la place du sexe dans notre société. Fruit d’un travail d’investigation de terrain et d’écriture de plateau mené avec sept lauréats de l’ESACT, le spectacle aborde différentes réalités de la prostitution. D’une part, la traite des femmes (réseaux nigériens, albanais…) et la prostitution de rue sont bien sûr au centre des recherches ancrées sur le territoire même du Théâtre National. D’autre part, la parole des femmes qui ont « choisi » ce métier et qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits trouvera sur la scène un écho tout particulier.

De Gebroeders Schimm
Couleur  -  120 minutes

Lilith est une jeune fille brillante, fascinée par les détectives et les mystères. Toujours prête à vivre une aventure passionnante. Mais Merel, sa mère célibataire et ornithologue, veut l’envoyer en pension.

CE QUI VIT EN NOUS
70 minutes

Au beau milieu d’un espace inconnu, un jeune homme amnésique tente de rassembler des bribes de souvenirs pour y trouver la raison de sa présence. Une infirmière le rejoint mais ne parvient pas à l’éclairer sur sa situation. Après diverses hypothèses absurdes, le rideau se lève sur la réalité : il s’agit d’une salle d’autopsie. Ce qui vit en nous est une comédie chantée dans laquelle chacun des personnages pose la question de la mort et de son omniprésence dans l’esprit de tout être vivant. Tour à tour, ils dressent à leur façon le portrait de cette sensation d’« inquiétante étrangeté », comme la nommait Freud. Elle est le lieu où le quotidien se mue en ombre et où le vivant et l’inanimé entrent en collusion. Elle se loge ainsi dans tout ce qui nous est familier.

ether_after.png

ETHER/AFTER

de Armel Roussel
comment_je_suis_devenu_un_super_hero.jpg

COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER-HEROS

de Douglas Attal
ballon_bandit.png

BALLON BANDIT

de Didier Poiteaux
notre_dame_de_paris_debroux_thierry.png

NOTRE DRAME DE PARIS

de Thierry Debroux
logo_inverse

Chargement...