Français

Chasse à l’homme
Couleur  -  60 minutes

« Chasse à l’homme » est une série documentaire consacrée aux grandes traques policières qui ont tenu en haleine le public en Belgique au cours des 30 dernières années. Poursuivi après une évasion ou une prise d’otages, ou recherché pour un crime qui vient d’être commis, le malfrat est engagé dans une cavale folle, pourchassé par les forces de l’ordre, traqué par toutes les polices du pays. Les appels à témoins avec photos du fugitif sont massivement diffusés. Il peut être reconnu et dénoncé par n’importe quel citoyen. Dans cette course contre la montre, quelle stratégie les enquêteurs et policiers déploient-ils pour retrouver le criminel ? De quels moyens disposent-ils ?

La prise d'otages de Tilff aka Tilff, l'incroyable cavale
Couleur  -  60 minutes

Le 17 septembre 1989, la police est informée d’une prise d’otages dans une maison familiale à Tilff en Province de Liège. Une famille est retenue à l’intérieur par trois hommes armés. La bande est dirigée par un malfrat local, Philippe Delaire. Il a piégé la maison d’explosifs. Le 22 septembre 1989, les preneurs d’otages reçoivent une rançon de 30 millions de francs belges qu’ils réclamaient pour libérer la famille. Ils prennent la fuite et emmènent une otage dans leur véhicule. La traque commence pour les forces de l’ordre.

CINGLEE
80 minutes

"La pièce Cinglée est récit à plusieurs voix autour du personnage central, Marta Mendes dite « cinglée ». Une voix nous raconte comment tout a basculé d’un premier article de presse, où Marta apprend qu’une femme a été tuée par son ex-mari (« premier féminicide de l’année ») qui déclenche chez elle une crise de tachycardie jusqu’aux dix-huit journaux qu’elle dépouillera tous les jours à la recherche des mêmes « faits divers » qu’elle répertorie, classe, archive jusqu’à l’obsession. À la liste qui ne cesse de s’allonger (40 femmes pour la seule année 2017), répond le silence de toutes les instances auprès desquelles Marta n’aura de cesse de réclamer justice par lettres adressées : l’État contre qui elle porte plainte, la Ligue des Droits de l’Homme, le Roi Philippe...

Le Bousier
75 minutes

Le collectif ANIMALS (Sébastien Chollet, Coralie Vanderlinden, Pierre Jacqmin et Cyril Briant) s'est réuni pour cette création théâtrale autour d'un texte écrit pour l'occasion par l'auteur belge Thomas Depryck. Deux hommes, une femme, 3 fossoyeurs, enterrent des corps, derniers restes de l'humanité. Ils sont les derniers mais ils ne le savent pas. Après un enterrrement confinant au rituel, ceux-ci entament une lente métamorphose en être mi-humains mi-bousier, et se mettent à façonner une boule dans laquelle ils vont pondre, destinée à fertiliser la terre, lui redonner vie.

Saule, pieds nus dans les aiguilles
80 minutes

Saule est une adolescente. Elle cherche ses repères, ses limites, ce qu’elle veut, son père qu’elle ne connaît pas. Et elle se cogne contre tout ce qui l’entoure, sa mère, ses peurs, le réel.
L'adolescence, c'est un diamant brut, ce que nous avons de plus personnel, un état de perception accru, une sensibilité à vif. Une envie d'être soi sans concession.
Comme Alice au pays des merveilles, Saule chemine seule sans protection. Elle rencontre un Rat, une Araignée... Dans sa quête naïve, elle court après des fantômes et prend des risques.
Un conte moderne, l’histoire d’une fêlure où l’humour côtoie l’étrangeté. C’est la vie telle que Saule la perçoit. C’est vrai puisqu’elle le vit, c’est vrai puisqu’elle le sent.

Ridicules Ténèbres
90 minutes

"Ridicules Ténèbres" est le récit de la remontée en bateau d’un fleuve noir aux confins de la civilisation, vers l’inconnu – révélateur ultime de ce qui nous habite, de ce qui nous hante.
L’Adjudant-chef Pelletier et son Caporal, Stéphane Dorche, les deux protagonistes principaux de la pièce, remontent le fleuve Indou-Kouch avec comme mission de retrouver Détanger - sorte de Kurtz1 version moderne - pour l’éliminer. Au fil de cette remontée, Pelletier et Dorche s’enfoncent dans une zone de crise mondialisée et rencontrent des personnages rescapés ou acteurs de différents conflits.
Leur embarcation, radeau de la méduse occidental, est à l’image d’un continent à la dérive qui finit par tanguer jusqu’à se retrouver face à lui-même, face son incapacité à accepter l’autre.

No One
90 minutes

Depuis 2011, Aurelio Mergola et Sophie Linsmaux travaillent à définir un langage scénique singulier. Au fil de leurs projets, ils affinent leur forme vers un théâtre visuel très écrit. Sans mots, ils dépeignent un monde où tout va formidablement mal. Enfin, leur théâtre, amputé de toutes paroles, dépeint et questionne un monde où l’humanité mise en péril tente à tout prix de retrouver un sens et une nécessité . No one sera donc du théâtre sans paroles. Cela se passera dans une station service, il y aura 5 acteurs et 13 figurants.

Les contes d’Hoffmann
120 minutes

Après une vie consacrée à l'opérette, Jacques Offenbach a composé son premier véritable opéra peu avant sa mort. Le poète allemand Ernst.T.A Hoffmann en est le protagoniste principal à travers trois de ses propres histoires. Celles de ses romances avec la "poupée" Olympia, la malade incurable Antonia et la malfaisante courtisane Giulietta qui échouent irrémédiablement à cause d’un décalage entre rêve fragile et réalité cruelle. La Monnaie présentera fin d’année une nouvelle production de cette œuvre qui, par son lyrisme mélancolique nourri d'espoir et d’idéaux brisés du personnage, est devenue un véritable classique à titre posthume.

Jeanne d’Arc au Bûcher
120 minutes

Jeanne d’Arc est peut-être mieux connue aujourd’hui comme héroïne du cinéma, mais elle a aussi été plusieurs fois immortalisée par l’opéra. Le compositeur Arthur Honegger créa l’oratorio dramatique Jeanne d’Arc au bûcher en 1935 sur un livret de Paul Claudel. Cette oeuvre extrêmement originale, tel un rêve fiévreux, emporte l'auditeur vers des passages clés de la vie de Jeanne, au moment où celle-ci, seul face à son destin et à celui de la France, est surtout confrontée à elle-même et à la mort. Cet enchaînement kaléidoscopique de souvenirs et d’émotions s’exprime artistiquement grâce à un choeur, deux impressionnants rôles parlés et un orchestre inhabituel, comprenant des saxophones, des ondes Martenot et un clavier.

La peste
110 minutes

Monter La Peste, c'est, à la suite de Camus, ne pas s'inscrire dans le "silence déraisonnable du monde" mais plutôt s'ancrer dans un mouvement de réflexion et de mise en garde pour des générations futures. La Peste est une chronique spectaculaire qui nous permet de nous interronger sur notre époque, tant le texte de Camus nous invite à comparer les faits et la montée du populisme des années trente avec notre actualité. Pour la création de ce nouveau spectacle, le TRG fera appel à des artistes de tout premier ordre tant au niveau des interprêtes que des scénographe et autres créateurs lumière et costumes. Dix comédiens sur scène tous les soirs, pendant un mois, pour porter la parole de l'auteur pour la première dans cette version.

ether_after.png

ETHER/AFTER

de Armel Roussel
comment_je_suis_devenu_un_super_hero.jpg

COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER-HEROS

de Douglas Attal
ballon_bandit.png

BALLON BANDIT

de Didier Poiteaux
notre_dame_de_paris_debroux_thierry.png

NOTRE DRAME DE PARIS

de Thierry Debroux
logo_inverse

Chargement...