Après Violences présentée au Kunstenfestivaldesarts en 2021, la nouvelle création J’ai une épée est l’un des sommets de ce mystère , celui de l’enfance. Croisant l’enquête de terrain, la fiction et une écriture de plateau qui se trame à la jonction du son, de la scénographie, du texte et du corps, la metteuse en scène et performeuse cherche moins à « regarder les enfants » selon une logique qui, sous couvert de nouvelle attention à donner, demeure celle du ciblage des identités, mais commence par « regarder comment on regarde les enfants ».

Passant d’une histoire à l’autre dans une esthétique du stand up, une scénographie qui démultiplie le rideau de scène comme autant de castelets, une musique, composée par Elg, reprenant les codes de « l’ouverture » et de la charge épique qu’on aurait trempée dans un bain de sonorités électroniques synthétiques et colorées, Léa Drouet fera peu à peu apparaitre sans jamais le montrer directement, ce point absent de l’enfant qui insiste tout en échappant. Il ne s’agit pas de le rattraper mais peut-être juste de le laisser filer avec tout ce que cela implique de difficulté, de fragilité, de cruauté mais aussi de paillettes, de licornes au couleurs acidulées et saturées.

J'AI UNE EPEE

90 minutes
Première le: 
18/05/23
Pays de la première: 
Langue de la représentation: 
Début des répétitions: 
06/22
Fin des répétitions: 
04/23

Partagez ce film

Les oeuvres que nous soutenons

mush2_keyart_jump_sent.jpg

MUSH-MUSH & THE MUSHABLES SAISON 2

de Joeri Christiaen
exen1.jpg

EXEN

de Tim Mielants
logo_inverse

Chargement...