En s’appuyant sur deux textes importants nés du Studio du Théâtre Océan Nord (un atelier de réflexion permanent regroupant acteurs et metteurs en scène autour de la nécessité du théâtre) Isabelle Pousseur écrit une conférence-spectacle à travers laquelle elle souhaite raconter, selon différents angles, son rapport personnel à l’altérité. Le premier de ces textes est une CONFERENCE SUR L’ALTERITE dans laquelle elle envisage l’altérité à partir de la position du metteur en scène en direction de quatre de ses rencontres les plus importantes : l’auteur, l’acteur, le personnage et le spectateur. Le deuxième texte s’appelle JE TOMBE AMOUREUSE DES AUTEURS et se présente sous une forme plus théâtralisée que le premier. Il y est cependant relié puisqu’il constitue une sorte de suite « poétique » à la réflexion sur l’altérité de l’auteur en développant la relation amoureuse qui peut exister au sein d’un travail entre une metteure en scène et l’auteur sur/avec lequel elle travaille. Ce texte bascule ensuite dans une évocation de l’auteur dramatique Bernard-Marie Koltès, pour qui l’altérité (de genre, de couleur de peau ou d’âge) est source d’inspiration, de voyage et de désir. A travers lui Isabelle Pousseur prolonge son voyage amoureux jusqu’en Afrique qu’elle découvre en 2004, dans le cadre d’une formation donnée aux RECREATRALES de Ouagadougou, signant le départ d’une longue collaboration avec le Burkina Faso d’abord et la RDC ensuite (deux pays se retrouvant par ailleurs dans la programmation du festival MOUVEMENTS D’IDENTITE ou D’ALTERITE).
Pour cette création Isabelle Pousseur revisite ces deux textes en cherchant à les mettre en correspondance avec d’autres récits et d’autres altérités. Au départ seule sur le plateau, elle invitera progressivement d’autres à la rejoindre (acteurs, collaborateurs, musicien, spectateurs…). Ce spectacle se conçoit comme une sorte d’ouverture au festival lui-même Ma position ici est celle d’un metteur en scène qui rend compte de sa pratique, à partir de sa position singulière. Le metteur en scène se trouve selon moi au centre d’une espèce de constellation d’altérités, c’est ce qui définit sa position, c’est ce qui définit une grande partie de son travail et c’est ce qui doit définir son projet.

ELOGE DE L'ALTERITE

120 minutes
Première le: 
01/10/21
Pays de la première: 
Langue de la représentation: 
Début des répétitions: 
02/21
Fin des répétitions: 
09/21

Partagez ce film

titina_1.png

TITINA

de Kajsa Naess
sacrifice1.jpg

LA FILLE DU SACRIFICE

de Réhab Mehal
les_intranquilles.png

LES INTRANQUILLES

de Joachim Lafosse
harvest.png

HARVEST

de Ely Dagher
logo_inverse

Chargement...