ING se relance dans le tax shelter

Drapeau ING
© Belga

Coucou, la revoilà ! Disparue de façon soudaine du marché "tax shelter" en juillet 2009 (on était alors en pleine crise financière et le produit avait été jugé trop peu rentable), la banque belgo-néerlandaise ING nous a fait part, hier, de sa décision d’y effectuer son grand retour dès aujourd’hui. Pour se relancer, ING s’est adossé à une société ayant déjà une forte expertise dans le domaine du financement de productions audiovisuelles, Tax Shelter.be. Cette dernière est née du mariage, en décembre 2014, entre le groupe public Nethys (ex-Tecteo) et la filiale de financement de films liée à la société de production indépendante Artemis.

Le "tax shelter", pour mémoire, est ce dispositif destiné à inciter les entreprises soumises à l’impôt des sociétés d’investir une partie de leurs bénéfices dans la filière audiovisuelle belge. Le régime fiscal a été revu de fond en combe le 1er janvier dernier. Désormais, les règles sont transparentes et identiques pour tout le monde (investisseurs et sociétés intermédiaires) : en échange de leur placement, les investisseurs "tax shelter" bénéficient d’une exonération fiscale de 310 %, agrémentée d’un rendement financier. Le "package" offre, à l’heure actuelle, un rendement total (fiscal et financier) de 10,2 % net !

Atouts

"Si nous nous relançons dans le tax shelter", explique Erik Van Den Eynden, en charge du dossier chez ING Belgique, c’est parce que la nouvelle loi nous offre l’opportunité de jouer notre rôle d’intermédiaire financier de façon plus sereine et concrète en faveur du cinéma belge, et en nous appuyant sur l’expertise de Tax Shelter.be". Du côté de Tax Shelter.be, Alexandre Wittamer se réjouit de cette alliance avec ING. Le produit, "standardisé et transparent", va bénéficier de la force de frappe commerciale du réseau ING. "Toute entreprise pourra accéder à notre offre à partir de 5 000 euros grâce à une plateforme électronique très performante", précise M. Wittamer. Les autres "plus" seront : la fourniture au client de l’ensemble des écritures comptables; une assurance ad hoc (via le groupe Circles); et la garantie d’investir de façon indépendante dans des œuvres "made in Belgium" (via l’instauration de deux comités de sélection, un francophone et un néerlandophone).

A ce stade, ING et Tax Shelter.be ne se fixent d’objectif chiffré en termes de levée de fonds. Mais le duo n’entend pas faire de la figuration...

La Libre- coupure 6 oct. 2015
La Libre- coupure 6 oct. 2015, © LaLibre.be

 

Mardi, 6 Octobre, 2015 - 12:00

P.-F.L.


Partagez cet article

titina_1.png

TITINA

de Kajsa Naess
the_island.png

THE ISLAND

de Anca Damian
harvest.png

HARVEST

de Ely Dagher
mini_ver.png

MINI-VER

de Ariane Buhbinder
logo_inverse

Chargement...